Please enable JS

Pornosaure

Animation

2014-2018

04'14"

Film d'animation en stop-motion

co-réalisé avec Paula Cohen


Un projet de Jean-Luc Cloaque
Dessiné à distance par Jeanne Held et Paula Cohen en monotype sur plaques de cuivre.

Pour Jean-Luc, le dinosaure est beau, chargé d’une sensualité déroutante mais d’une sexualité parfois problématique.
De nombreux chercheurs - majoritairement américains - s’interrogent sur la sexualité des dinosaures, qui est rendue quasi impossible par leur masse imposante qui les condamne à s’entre-écraser ou par leur queue armée d’une crête tranchante ou d’une massue pouvant rendre toute tentative de coït mortelle.


Planéarium

Pornosaure Expo

Les Marinniers / Bruxelles / 2014 / photographies : Ithier Held et Anatole Barde

Exposition collective et anonyme réalisée à l’occasion de la carte blanche de Paula Cohen aux Marinniers, Planéarium est une expérience à laquelle il manque quelque chose…

Quelques vues de l’exposition où l'on aperçoit :
° Les monotypes ayant servis à la réalisation du Pornosaure et le film projeté à l’échelle 1 (10x15cm) sur une vitre sale.
° Les contrats engageants chacune des deux parties à produire entre 50 et 100 monotypes avant de s’échanger les plaques de cuivre par voie postale.
° Ma collection « entomologique » de micro-dinosaures en plastique peints à l’acrylique et la collection de dinosaures en plastique réunies par Paula, suspendues à l’entrée de l’exposition.


Pornosaure Plaques

Plaques de cuivre servant de matrice aux monotypes. Ce procédé de dessin à l’encre de gravure laisse une trace sur la plaque après impression, ce qui offre d’importants repères pour réaliser l’image suivante et créer un mouvement.


Pornosaure Enveloppes

Enveloppes ayant servi à l’envoi des plaques.


Pornosaure Pile

Pile de monotypes rangés par série.


Extraits Film Extraits Film

Série de monotypes formant un extrait du film.

Extraits Film

Images de rushes : cette série diluée à l’huile a pris des tons trop différents en séchant pour être intégrée au film.



© Jeanne Held / 2016-2018